S10 ja touch.large
Video
Apprentissage / Femme / Nature / Horizon

Janine Antoni

Freeport (Bahamas, États-Unis), 1964 – Vit et travaille à New York (New York, États-Unis)

Touch

[Toucher], 2002

Film sonore en couleur

9 minutes et 36 secondes

Courtesy Janine Antoni et Luhring Augustine, New York


La vidéo Touch de Janine Antoni est une expérience tout à la fois intime et collective, autobiographique et universelle. Ayant grandi aux Bahamas – archipel d’une centaine d’îles que sa mère percevait comme un territoire abandonné du reste du monde, un lieu rejeté « derrière le dos de Dieu » –, Janine Antoni n’a longtemps eu pour environnement visuel que les deux bandes bleues du ciel et de la mer plongeant l’une dans l’autre au niveau de l’horizon. Comme elle l’explique elle-même, cette ligne d’horizon – frontière invisible mais tangible entre son île oubliée et le reste du monde – s’est imprimée dans son subconscient et sert de trame indélébile à ses souvenirs d’enfance.
Pourtant, bien qu’elle ne puisse être ni localisée ni véritablement atteinte, Janine Antoni a tout de même décidé de l’approcher en se faisant funambule. À l’instar de la méditation, cette pratique lui a permis de développer un sixième sens, celui de l’action de la gravité sur son corps en mouvement, ainsi que l’impression étrange de marcher sur l’air. Selon l’artiste, il ne s’agit pas de se maintenir en équilibre, mais de s’habituer au déséquilibre, intense métaphore de l’existence humaine. Au fil de la marche sur la corde, elle se doit ainsi de rester souple, agile et détendue, car c’est l’immobilité et la rigidité qui entraînent la chute fatale.
Dans Touch, alors que les éléments naturels semblent indifférents à sa présence, que la mer déroule ses vagues à intervalles réguliers, que les nuages traversent le ciel, Janine Antoni marche sur sa corde tendue qui se superpose à la ligne d’horizon au point de s’y confondre. Ses allers-retours entre ciel et eau sont fragiles et vulnérables, rendant d’autant plus poétique et touchante sa volonté d’atteindre l’inatteignable : toucher de ses propres pieds la ligne d’horizon, tout en glissant le long de la frontière de son enfance.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →