S6 gp terre.large
Photographie
Femme / Nature / Empreinte / Horizon

Gina Pane

Biarritz, 1939 – Paris, 1990

Terre protégée II, Pinerolo, juin 1969

1970

Photographie noir et blanc, épreuve aux sels d’argent

100 x 67,5 cm

Collection MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine


Gina Pane explique à propos de Terre protégée II : « […] j’ai protégé un morceau de terre équivalent à l’espace de mon corps – j’ai protégé pendant 4 heures, sans bouger et encore une fois c’était une sorte de … de … presque d’affection que j’avais pour cette terre qui me manquait, qui me manque, évidemment. Mais je l’ai protégée avec ma chair, c’est-à-dire que j’ai opéré une analogie entre un fait biologique et un fait matériel qui se complètent l’un l’autre. La terre est nourricière de mon propre organisme biologique et moi, je la protège parce que je suis coupable de ce qu’elle n’existe plus, de ce qu’elle disparaît ». Au-delà d’une réelle prise de conscience écologique, Gina Pane exprime ici un rapport affectif et filial au sol. La terre est responsable de l’artiste, sa vie dépend de ses ressources, et l’artiste en tant qu’être humain est responsable de la terre. Son corps sert ici à la fois à panser la mère nourricière en souffrance et à la défendre d’agressions futures. L’œuvre, dont le matériau principal est le corps, correspond à l’action même de s’allonger sur le sol et de protéger la terre ; la photographie en est le témoin et l’outil d'analyse. Il s’agit d’un des principes fondamentaux du travail de Gina Pane, qui se retrouve également dans Situation idéale : l’artiste entre ciel et terre (1969).
Ces deux œuvres font partie d’un ensemble important de réflexions incarnées, traitant des interactions et des tensions entre le corps et les éléments naturels. Elles sont néanmoins deux des rares actions à être présentées seules et non incluses dans des panneaux regroupant plusieurs photographies. Gina Pane développe ses performances au nord de l’Italie, dans les paysages de son enfance, ou dans l'Eure, en Normandie. Mais les lieux mêmes de ses actions sont tout à la fois réels et symboliques. À travers ces deux œuvres, le corps de l'artiste est déployé en tant qu’« émetteur-récepteur » de son environnement. Ainsi, dans Situation idéale, considérée comme une des œuvres les plus emblématiques des actions sur la nature chez Gina Pane, l’artiste se sert de son corps comme d’un transmetteur entre le ciel et la terre, le divin et l’humain, l’immatériel et le matériel, le spirituel et le social ou le contingent. En tant qu’artiste, Gina Pane se situe elle-même à l’intersection de chacun de ces univers opposés et complémentaires, dans une position à la fois privilégiée et engageant sa responsabilité vis-à-vis du monde.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →

Autres
Œuvres

Souvenir enroulé d'un matin bleu
Souvenir enroulé d'un matin bleu, 1969
Gina Pane
Feu
Feu, 1973
Gina Pane
Dessin verrouillé
Dessin verrouillé, 1968
Gina Pane
Situation idéale : l'artiste entre ciel et terre
Situation idéale : l'artiste entre ci...
Gina Pane