E gp souvenir1.large
Sculpture
Bizzareries et étrangetés / Temps / Trésors / Énoncé

Gina Pane

Biarritz, 1939 – Paris, 1990

Souvenir enroulé d'un matin bleu

1969

Aluminium, feutre bleu collé sur rouleau de bois gravé

8 x 90 x 30 cm

Courtesy Anne Marchand et kamel mennour, Paris


Cette œuvre a priori en marge de la production de Gina Pane, et notamment de ses toutes premières actions liées à la nature, matérialise pourtant – à l’instar de Dessin verrouillé (1968) – une même volonté de contenir les notions d’empreinte, de souvenir et d’énergie liées à l’activité humaine. Henri Bergson définit le souvenir comme « le point d’intersection entre l’esprit et la matière ». Ici, le rouleau de feutre bleu, enserré dans une structure métallique marquée du titre de l’œuvre en italien, semble être à la fois la mise en image de l’acte de se souvenir et le résultat matériel de celui-ci. En effet, les spirales formées par le support et par le feutre enroulé matérialisent l’exercice mental de la remémoration. Par la même occasion, la douceur du feutre et sa couleur pastel sont comme le produit final de cette expérience mémorielle, dont le support en aluminium serait l’armature. On peut y lire un souvenir intime, tendre et poétique, où le bleu de l’aube est synonyme d’enfance. Le feutre est d’ailleurs une matière souvent liée aux notions de réconfort et de partage dans l’œuvre de Gina Pane. La charge émotionnelle et humaine en émanant peut ainsi transformer le souvenir individuel en mémoire collective et, de cette manière, entrer en écho avec les œuvres d’Edith Dekyndt et de Laurent Pernot, présents dans cet épilogue et offrant cette même atmosphère contemplative à laquelle l’aurore invite.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →

Autres
Œuvres

Terre protégée II, Pinerolo, juin 1969
Terre protégée II, Pinerolo, juin 196...
Gina Pane
Feu
Feu, 1973
Gina Pane
Dessin verrouillé
Dessin verrouillé, 1968
Gina Pane
Situation idéale : l'artiste entre ciel et terre
Situation idéale : l'artiste entre ci...
Gina Pane