P rz agis.large
Peinture
Énoncé

Rémy Zaugg

Courgenay (Suisse), 1943 – Bâle (Suisse), 2005

Sans titre (Et si, dès que j'agis, je n'étais plus)

1996 / 2000

Peinture au pistolet, lettres sérigraphiées, vernis transparent sur aluminium

123,4 x 110,2 x 3,5 cm

Centre national des arts plastiques, Paris – La Défense


Ces quatre œuvres de tailles, de couleurs et de textes différents constituent une série néanmoins indissociable de l’artiste suisse Rémy Zaugg. Celui-ci a réalisé au fil de sa carrière un certain nombre de travaux du même registre qui affirment leur existence en interpellant le visiteur ou en s’interrogeant sur eux-mêmes.
Et si leurs formules textuelles peuvent apparaître à première vue comme absurdes, inintelligibles ou particulièrement énigmatiques, en réalité elles enjoignent – voire ordonnent – le spectateur à questionner ses modes de perception et de compréhension. En effet, au-delà de l’énoncé qui adopte une forme d’avertissement, la technique même de réalisation l’invite à remettre son regard en question. Les rapports de couleurs très subtils et atténués entre le fond et le texte pour trois des tableaux, et le fond jaune vif très contrasté du quatrième, qui s’interpose au centre de la série, troublent ainsi la vision et la déséquilibre. Dans les trois œuvres presque ton sur ton, la perception se tient au bord du visible ; pour la quatrième, elle est au contraire sursollicitée, surbrillante – on notera d’ailleurs qu’elle déclare la seule locution qui suscite l’action.
Et même si leur technique est particulièrement sophistiquée, la limite entre le bord des lettres et le fond absolument précise et la typographie utilisée parfaitement lisible, ces jeux de contrastes occasionnent une vibration des lignes qui produit en retour un trouble de la compréhension. Les mots semblent ainsi apparaître et disparaître, à l’instar d’un mirage. Et plus on les regarde, plus des perceptions différentes surgissent, éloignant ainsi toute possibilité d’identification définitive. La perception est ainsi renvoyée à elle-même : ne pouvant réellement lire ni la matérialité ni le propos des œuvres, elle est en revanche clairvoyante de sa propre existence et surtout de ses limites.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →

Autres
Œuvres

Sans titre (Moi je te vois)
Sans titre (Moi je te vois), 1996 / 2000
Rémy Zaugg
Sans titre (Et si, lorsque moi le tableau je regarde, le monde me voyait)
Sans titre (Et si, lorsque moi le tab...
Rémy Zaugg
Sans titre (Et si, lorsque moi le tableau je ferme les yeux, je devenais invisible)
Sans titre (Et si, lorsque moi le tab...
Rémy Zaugg