P ad jerome.large
Estampe
Fenêtre et porte / Sablier / Animaux / Saints et personnages mythologiques / Apprentissage / Homme / Outils / Livre / Lumière / Écriture

Albrecht Dürer

Nuremberg (Allemagne), 1471 – Nuremberg (Allemagne), 1528

[Saint Jérôme dans sa cellule]

1514

Gravure sur cuivre

25 x 19,1 cm

Collection École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris


Jérôme de Stridon, dit saint Jérôme, est né vers 347 à Stridon et mort à Bethléem en 420. Ermite puis docteur de l’Église et traducteur de la Bible en latin, il est considéré comme l’un des quatre Pères fondateurs de l’Église latine.
À la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, l’iconographie religieuse se renouvelle. Saint Jérôme ou saint Augustin vont ainsi être représentés dans une cellule, un studiolo ou près d’une bibliothèque, en train d’étudier, de traduire ou de commenter les textes religieux. Ces figures inédites des saints catholiques comme érudits visent à contrecarrer d’une part la rigueur la Réforme protestante, d’autre part l’humanisme porté par la pensée scientifique. Tout autour de chaque personnage abondent des objets, des figures ou des animaux symboliques qui révèlent l’intégration des nouvelles formes de pensée ou des nouvelles découvertes apparaissant au fil de la Renaissance.
Dans la gravure de Dürer, saint Jérôme est représenté assis à sa table, studieux et absorbé par le travail. Au sein de sa cellule, on peut repérer la croix et le crâne qui symbolisent sa condition première d’ermite et de pénitent, le chapeau et le manteau comme marques de son rang de cardinal, et le lion comme signe de sa réclusion dans le désert à la fin de sa vie. Une ligne virtuelle partant du visage penché de saint Jérôme pour arriver sur le crâne posé sur le rebord de la fenêtre passe très précisément par la croix, mettant ainsi en correspondance la mort et la résurrection. Le chien endormi, allégorie de la fidélité et de la loyauté, est spécifique à l’art d’Albrecht Dürer, tout comme le sablier présent dans deux autres gravures que l’artiste réalise durant les années 1513-1514 et qu’il a souvent exposées ensemble : Le Chevalier, la Mort et le Diable et Melencolia I. Saint Jérôme dans sa cellule réfère ainsi à la rigueur théologique, à l’étude des textes, à l’ascétisme et la pénitence, tandis que Melencolia I renvoie à la sphère intellectuelle, au doute philosophique ou à la mélancolie noire.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →

Autres
Œuvres

[La Petite Fortune]
[La Petite Fortune], vers 1498
Albrecht Dürer
[Saint Christophe traversant l’eau]
[Saint Christophe traversant l’eau], ...
Albrecht Dürer
[Les Quatre Femmes nues]
[Les Quatre Femmes nues], 1497
Albrecht Dürer
[Melencolia I]
[Melencolia I], 1514
Albrecht Dürer
Della simmetria de i corpi humani, libri quattro
Della simmetria de i corpi humani, li...
Albrecht Dürer