P ad melencolia.large
Estampe
Cercle et sphère / Sablier / Animaux / Phénomènes du ciel / Saints et personnages mythologiques / Bizzareries et étrangetés / Temps / Femme / Géométrie / Outils / Livre

Albrecht Dürer

Nuremberg (Allemagne), 1471 – Nuremberg (Allemagne), 1528

[Melencolia I]

1514

Gravure sur cuivre

23,5 x 18 cm

Collection École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris


Cette estampe connaît un immense succès depuis sa création, notamment par le mystère qui s’en dégage. Depuis cinq siècles, des dizaines d’historiens, théoriciens et gens de lettres se sont évertués à en comprendre le sens, tant ses dimensions symboliques sont foisonnantes et complexes. La composition, les figures humaines et les multiples objets et outils représentés sont autant de pistes laissées par l’artiste, à prendre séparément puis à associer entre elles, afin d’explorer toute la polysémie de cette gravure. L’histoire de son interprétation, mêlant débats, disputes et déboires, est faite d’une chaîne de réflexions qui, dans son acceptation complète, est elle-même l’illustration parfaite de Melencolia I.
En effet, l’interprétation la plus communément admise – mais qui comporte elle-même hypothèses et nuances – est celle de l’éminent historien de l’art Erwin Panofsky (1892-1968). Selon Panofsky, la mélancolie paralyse le personnage principal, non par morosité ou par paresse – on remarquera d’ailleurs la vivacité du regard grâce aux yeux très lumineux –, mais parce que celui-ci réalise la finitude de l’esprit humain face à l’immensité des connaissances à explorer et à acquérir. Malgré l’ensemble des instruments à sa disposition, qu’ils soient ceux du charpentier, du maçon, du sculpteur, de l’écrivain ou du mathématicien, et malgré la richesse et le pouvoir, l’être humain n’a pas le temps, au cours d’une vie, d’accumuler et de s’enrichir de tous les savoirs. L’aile recroquevillée, bloquée par le sablier en est une élégante figuration. Le temps n’est néanmoins pas son seul handicap : l’éparpillement et le désordre de l’espace tout autour, opposés à la vaste et nette étendue du paysage de l’arrière-plan, sont certainement un second moyen de désigner les limites de la pensée humaine face à l’esprit divin ; le polyèdre qui fait la transition entre les deux espaces serait ainsi la démonstration de ces limites.
La somme des évolutions techniques et intellectuelles place ainsi l’individu entre grandeur et misère, car l’inertie savamment mise en scène dans la gravure est certainement celle d’un homme qui doit renoncer à ce à quoi il aspire parce qu’il ne peut y avoir accès. Aussi, Melencolia I peut-elle être plus largement considérée comme une allégorie de la condition humaine, pour laquelle conscience et souffrance sont les deux faces d’une même vérité.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →

Autres
Œuvres

[La Petite Fortune]
[La Petite Fortune], vers 1498
Albrecht Dürer
[Saint Christophe traversant l’eau]
[Saint Christophe traversant l’eau], ...
Albrecht Dürer
[Les Quatre Femmes nues]
[Les Quatre Femmes nues], 1497
Albrecht Dürer
[Saint Jérôme dans sa cellule]
[Saint Jérôme dans sa cellule], 1514
Albrecht Dürer
Della simmetria de i corpi humani, libri quattro
Della simmetria de i corpi humani, li...
Albrecht Dürer