S4 jlm graces.large
Video
Temps / Femme / Nature / Horizon

Jean-Luc Moulène

Reims, 1955 – Vit et travaille à Paris

Les Trois Grâces

2012

Film sans son en noir et blanc

9 minutes et 24 secondes

Courtesy Galerie Chantal Crousel, Paris


Initialement présentées à Oxford (Royaume-Uni), où il a été tourné en 2012, à la fin d’une après-midi d’été, sur la plus haute colline des alentours, le film intitulé Les Trois Grâces compte parmi les rares vidéos de l’artiste Jean-Luc Moulène, dont l’œuvre est principalement constituée de photographies, de sculptures et de dessins.
À la demande de l’artiste, c’est debout que l’on observe ce film muet, tout en nuances de gris. Trois femmes nues occupent le devant de la scène, tandis que derrière elles le paysage totalement plat s’ouvre sur un ciel dense et profond. Soumises au vent et aux derniers rayons du soleil, elles se tiennent à intervalles réguliers, presque immobiles, debout sur une mince bande d’herbe qui fait presque office de socle. Mais leur statut de sculptures presque vivantes vient moins de ce dispositif scénique que de leur taille dans l’espace de projection – un peu plus grand que l’échelle humaine – et des attitudes qu’elles incarnent successivement. Si l’on peut les rapprocher d’un inventaire des poses récurrentes du nu féminin dans l’art, de la Renaissance au XXe siècle, comme le souligne l’artiste, « il ne s’agit pas d’un retour à l’original, mais d’actualisation et d’incarnation comme travail essentiel de l’art... »
Dans la tradition mythologique, Zeus demande à Pâris de désigner quelle déesse, parmi Athéna, Héra et Aphrodite, mérite la pomme où est inscrit « Pour la plus belle ». Ici, les trois grâces – incarnées par trois sœurs dont deux jumelles – n’ont de commun avec le motif antique que leur ressemblance physique et leur beauté forte et fière. Elles ne se touchent pas, ne se regardent pas, ni ne dansent ensemble. Elles sont ainsi pour l’artiste une représentation de l’individualisme contemporain, et nous apparaissent tour à tour humaines et symboliques, délicates et éternelles, familières et distantes.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →