Die Beschreibung der Sonne, 1975
Barbara et Michael Leisgen
S10 bml beschreibung1.large
Photographie
Cercle et sphère / Phénomènes du ciel / Temps / Trésors / Nature / Lumière / Horizon

Barbara et Michael Leisgen

Gegenbach (Allemagne), 1940 ; Spital am Pyhrn (Autriche), 1944 – Vivent et travaillent à Aix-la-Chapelle (Allemagne)

Die Beschreibung der Sonne

[La Description du soleil], 1975

Photographie noir et blanc, épreuve aux sels d’argent sur papier baryté

84 x 124 cm

Collection 49 NORD 6 EST – Frac Lorraine, Metz


À la fois intense et sereine, spectrale et apaisée, cette photographie en noir et blanc de Barbara Leisgen face au soleil, prise par Michael Leisgen au cœur des Ardennes allemandes, fait partie d’une série intitulée Mimesis (1970-1976), où la figure humaine dans le paysage est considérée et travaillée comme un idéogramme. Ce plateau naturel a été choisi pour son panorama dégagé et l’absence de végétation. Quoique moins montagneux, il réfère également à celui que privilégiait le peintre romantique allemand Caspar David Friedrich (1774-1840) pour ses œuvres, en particulier le tableau Morgenlicht, où une femme de dos salue également le soleil.
Dans les années 1970, les expérimentations et les interactions plastiques entre le corps et la nature sont très prégnantes. Ici, Barbara Leisgen marque singulièrement de son empreinte et de manière éphémère le paysage, et plus particulièrement le ciel. D’un côté, elle encercle le soleil de son bras afin de capter et presque de capturer toute la lumière qui s’en dégage ; de l’autre, la forme de son geste est semblable à un viseur préliminaire qui permet de faire entrer la lumière du paysage dans l’appareil photographique. Se produit dès lors une connexion profonde entre la figure, la nature et la photographie. Toutes les trois se laissent traverser par un même rayon lumineux qui va générer l’action, l’image et la représentation. Au-delà de cette relation presque cosmique qu’elle institue entre l’être humain, la terre et la lumière, cette œuvre est donc un hommage à la photographie ; son titre est d’ailleurs proche de l’étymologie du terme « héliographie », ancêtre de la photographie, qui signifie « écriture du soleil ».
On peut ainsi interpréter cette photographie comme l’allégorie de l’instant précis et précieux de la prise de vue, où tout le savoir et pouvoir de l’artiste réside dans sa faculté à saisir la bonne lumière au bon moment. Elle s’inscrit par ailleurs au cœur d’une réflexion sur la fugacité du temps, dont on ne peut normalement arrêter la course et qui est à l’origine de moments brefs mais essentiels, comme les passages du nuit au jour et du jour à la nuit. Dans cette image, l’artiste démiurge semble pouvoir l’immobiliser au profit de son œuvre.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →