S2 fn goddelycke.large
Livre
Apprentissage / Main

François Nerrincq

Courtrai (Blegique), 1638 – Malines (Belgique) 1712

De Goddelycke voorsienigheydt, uytgebeeldt in Joseph onder-coninck van Egypten

Anvers : Ignatius Leyssens, 1710

Bibliothèque Nationale de France, Paris


Ouvrages transversaux alliant foi chrétienne et éthique humaniste, les livres d’emblèmes religieux ou profanes – ou emblemata – ont été très populaires en Europe de la fin du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Ils sont composés d’images à clef semblables à des rébus ou à des énigmes thématiques, de proverbes, de dictons ou de maximes d’usage plus courant qui leur servent de titre ou de cartel, et enfin de paroles des Pères de l’Église, de principes moraux ou de vers d’auteurs classiques habilement commentés. La complémentarité de ces trois niveaux d’information permet de délivrer aux croyants comme aux nouveaux laïcs, sur un mode ludique et attrayant, des règles éducatives essentielles à la bonne éducation et à la bonne tenue, comme à l’acquisition de la sagesse et de la clairvoyance.
Ainsi, les vignettes illustrent ici un Créateur qui porte le regard sur toute chose et dont les puissantes mains sorties des nuages peuvent réduire la vie de ses créations à néant en coupant le fil permettant à la sphère de rester en suspension et de ne pas venir s’écraser sur la Terre. Dans une esthétique et une organisation différentes, la troisième illustration représente une femme qui tourne la tête vers l’arrière, alors qu’elle tient un serpent prêt à l’attaquer. Le miroir qu’elle tient dans l’autre main lui permet de faire attention à ce qui l’entoure, et elle incarne de cette manière la Prudence.

← Œuvre précédente Œuvre suivante →