Traicté de la mesure des lignes droictes avec les gonomètres
Traicté de la mesure des lignes droictes avec les gonomètres, vers 1620
Salomon de Caus
La Perspective, avec la raison des ombres et miroirs
La Perspective, avec la raison des ombres et miroirs
Salomon de Caus

Salomon de Caus


Vraisemblablement né en 1576 à Dieppe (région du pays de Caux) et mort en 1626 à Paris, Salomon de Caus est un ingénieur et architecte français. Comme tous les humanistes de la Renaissance, il étudie tout à la fois la peinture, la littérature et les mathématiques. Le voyage qu‘il effectue vers l’âge de vingt ans en Italie est un des seuls indicateurs d’une formation lui ayant permis de devenir architecte et ingénieur. Son œuvre couvre par ailleurs des domaines aussi divers que l’art des jardins, la musique, la construction des orgues, la conception des horloges solaires ou la mécanique. Il est ainsi le premier à intégrer la force de la vapeur dans une machine hydraulique. En 1605, il est nommé ingénieur des archiducs Albert et Isabelle de Belgique. Cinq ans plus tard, il entre au service du prince de Galles Henry Frederick Stuart, décore plusieurs de ses palais et enseigne le dessin à sa sœur la princesse Elisabeth. Il semblerait que ce soit grâce à ce poste prestigieux qu’il ait réussi à réunir les fonds nécessaires à la publication en 1612, à Londres et à Francfort, d’un de ses ouvrages les plus célèbres : La Perspective avec la raison des ombres et des miroirs. En 1613, il accompagne en Allemagne la princesse Elisabeth qui vient d’épouser Frédéric V, prince-électeur du Palatinat. Il y réalise les jardins du palais de Heidelberg qui seront considérés comme la « huitième merveille du monde ».