Les Messagers de la mort décapités. L’Annonciateur du froid
Les Messagers de la mort décapités. L’Annonciateur du froid, 2006
Jan Fabre

Jan Fabre


Plasticien, poète, chorégraphe et scénographe, Jan Fabre, né en 1958 à Anvers, est un artiste pluridisciplinaire emblématique de la « nouvelle vague » flamande des années 1980. Définir la place que celui-ci occupe au sein de la scène culturelle contemporaine en est d’autant plus complexe. L’appréhender à partir de ses premières études d’orfèvrerie semble toutefois plus pertinent que de le faire à partir de ses performances récentes, même si celles-ci, régulièrement sujettes à polémiques, lui ont valu son succès international. Et si toute son œuvre s’attache en effet au corps à l’ouvrage, cette fascination pour la force, l’énergie, l’endurance ou la capacité à survivre des organismes vivants est née d’une lecture approfondie des traités de l’entomologiste Jean-Henri Fabre, dont une des activités de prédilection était d’examiner et de disséquer finement les insectes afin de les transmuter en de nouvelles créatures. Aussi Jan Fabre va-t-il à son tour accorder une place primordiale à l’animal, du scarabée – symbole d’éternité dans la mythologie égyptienne – au hibou – tantôt messager de la mort, tantôt figure de sagesse lorsqu’il se tient aux côtés d’Athéna. Au-delà de nombreuses références à la religion, à la mythologie ou à l’histoire, ces notions de mutation et de métamorphose permanentes fondent ainsi les recherches obscures et mystérieuses de l’artiste, et dont lui seul semble détenir la clef.