Tentativo di far formare dei quadrati invece che dei cerchi attorno ad un sasso che cade nell’acqua
Tentativo di far formare dei quadrati invece che dei cerchi attorno ad un sasso che cade nell’acqua, 1970
Gino De Dominicis

Gino De Dominicis


Gino De Dominicis, né en 1947 à Ancône, aime se définir comme « peintre, sculpteur, philosophe et architecte ». Même s’il participe activement à la scène artistique italienne des années 1960-1970, il se revendique néanmoins comme indépendant de tout mouvement constitué et ira même jusqu’à interdire toute reproduction de son travail dans les catalogues ou autres revues d’art. Dandy provocateur cultivant le mystère à la ville, historien et alchimiste dans le secret de l’atelier, il a de même refusé la plupart du temps de livrer le moindre détail précis sur sa vie et son travail. Ce dernier réunit pourtant un corpus significatif de presque 800 pièces comprenant performances, installations, films, œuvres sonores, sculptures, dessins, puis peintures figuratives à partir des décennies 1980-1990. De Dominicis n’a ainsi cessé de défier les principes de la vie et du monde pour mieux constituer son propre corpus de lois, frôlant parfois l’absurde, et justifiant une véritable obsession pour l’immortalité. Une de ses installations les plus emblématiques, Il tempo, lo sbaglio, lo spazio [Le Temps, l’Erreur, l’Espace], réalisée en 1969, est ainsi constituée de la double figure maladroitement allongée d’un squelette humain chaussé de patins à roulettes, tenant en laisse un squelette de chien ; ce thème de la vanité va d’ailleurs devenir l’un des motifs centraux de son œuvre, illustrant de façon ironique cette lutte permanente qui l’anime face à l’inéluctabilité du temps qui s’écoule.