Athanasii Kircheri e Soc. Jesu China monumentis, qua sacris qua profanis, nec non variis Naturæ & artis spectaculis, aliarumque rerum memorabilium argumentis illustrata, auspiciis Leopoldi primi, Roman. Imper. Semper augusti Munificentissimi Mecaenatis
Athanasii Kircheri e Soc. Jesu China monumentis, qua sacris qua profanis, nec non variis Naturæ & artis spectaculis, aliarumque rerum memorabilium argumentis illustrata, auspiciis Leopoldi primi, Roman. Imper. Semper augusti Munificentissimi Mecaenatis
Athanasius Kircher

Athanasius Kircher


Jésuite allemand né vers 1602 à Geisa et mort en 1680 à Rome, Athanasius Kircher est l’un des scientifiques les plus importants de son temps. En 1618, il entre dans l’ordre jésuite à Paderborn, où il suit l’enseignement de lettres, de mathématiques et de sciences. Il poursuit ensuite une formation en philosophie à Münster et Cologne, étudie les curiosités du monde physique à Heiligenstadt et, de 1625 à 1628, la théologie à Mayence, où il est ordonné prêtre. Il passe son année de probation à Spire où il est nommé professeur d’éthique, de philosophie, de mathématiques, d’hébreu et de syriaque à l’Université de Wurtzbourg. Durant la guerre de Trente Ans, il se réfugie à Avignon. Sur l’initiative du savant aixois Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) – réputé pour son cabinet de fin collectionneur –, il est appelé à Rome par le cardinal Francesco Barberini comme professeur de physique, de mathématiques et de langues orientales au Collège romain. À partir de 1643, il ne se consacre qu’à ses travaux de recherches. Il est ainsi l’auteur de plus de trente-neuf livres sur les mathématiques, l’astronomie, l’optique, la géologie, la volcanologie, la musique ou l’archéologie. Même s’il ne connaissait ni la Chine ni le chinois, il rédige et publie en 1667 un ouvrage de compilation intitulé China monumentis, qua sacris qua profanis, nec non variis Naturae et artis spectaculis, aliarumque rerum memorabilium argumentis illustrata, qui révèle sa très grande curiosité et son esprit encyclopédique.