[La Petite Fortune]
[La Petite Fortune], vers 1498
Albrecht Dürer
[Saint Christophe traversant l’eau]
[Saint Christophe traversant l’eau], 1511
Albrecht Dürer
[Les Quatre Femmes nues]
[Les Quatre Femmes nues], 1497
Albrecht Dürer
Della simmetria de i corpi humani, libri quattro
Della simmetria de i corpi humani, libri quattro
Albrecht Dürer
[Melencolia I]
[Melencolia I], 1514
Albrecht Dürer
[Saint Jérôme dans sa cellule]
[Saint Jérôme dans sa cellule], 1514
Albrecht Dürer

Albrecht Dürer


Né en 1471 et mort en 1528 à Nuremberg, Albrecht Dürer est le plus célèbre artiste allemand de la Renaissance. Il passe son enfance dans l’atelier d’orfèvrerie de son père et a pour parrain Anton Koberger, l’un des plus importants imprimeurs allemands. Il s’oriente vers la peinture à l’âge de quinze ans et entre comme apprenti dans l’atelier de Michael Wohlgemuth, illustrateur principal du Liber Chronicarum de Hartmann Schedel qu’édite Koberger en 1493. De 1490 à 1494, il effectue son tour de compagnon à travers les Pays-Bas, l’Alsace où il visite, à Colmar, l’atelier du maître Martin Schongauer (1450-1491), puis la Suisse. Il se rend ensuite en Italie en 1494, où il rencontre Jacopo de Barbari (vers 1445-1516), peintre et graveur italien qui le familiarise avec les nouvelles théories sur les proportions divines du corps humain. De retour à Nuremberg en 1495, il ouvre son propre atelier et se consacre principalement à l’art de la gravure. Son Apocalypse (1497-1498) se fait ainsi l’écho des troubles et des inquiétudes de son temps. Le soutien de Frédéric III et de l’empereur Maximilien Ier lui permet de se consacrer entièrement à son œuvre qui compte près d’un millier de dessins, soixante-seize peintures, cent soixante-dix xylographies, une centaine de gravures en taille-douce et plusieurs livres de théorie sur les lois de la perspective et les proportions du corps humain, rédigés dans les ultimes années de sa vie.